logo-site
Actualités : Actus National 2 : le bilan de mi-saison

National 2 : le bilan de mi-saison

27-12-2018

Bilan_SiteN2

Sixième de la poule D, le SDR (B) pointe juste derrière son homologue du LOSC, à égalité de points. Le coach stadiste Franck Chalençon revient sur cette première partie de saison, où les Rouge et Blanc se sont imposés à sept reprises et comptent une défaite de moins. 

Un bilan comptable équilibré

« Le premier aspect à évoquer, d’un point de vue purement comptable, c’est que l’on a su se mettre en bonne position pour remplir notre objectif principal, le maintien. Si on regarde plus précisément, je pense qu’on pourrait être mieux classés, même si ça parait ambitieux de dire ça. On compte sept victoires, deux nuls et six défaites, ce qui est un bilan plutôt équilibré. En revanche on voit que sur les six matchs perdus, à chaque fois le score était identique : 1-0. Sur tous ces matchs on a manqué d’efficacité, à la mi-temps on doit être capables de mener 2 ou 3 à 0, finalement on encaisse et on se casse les dents pour revenir. Pour faire basculer ça en notre faveur, il faut augmenter notre efficacité individuelle au poste, que ce soit défensivement ou offensivement. »

Un jeu en mouvement

« Je pense qu’on doit continuer à s’appuyer sur notre jeu en mouvement, très dynamique. On utilise pas mal le jeu combiné sur les côtés, on centre beaucoup et on utilise bien la largeur. Après le problème c’est, centrer oui c’est bien mais pour quoi faire ? Il faut aussi bien savoir occuper les zones dans la surface. C’est un axe de progression, la dernière étape est la synchronisation entre le centreur et le receveur qui doivent bien se connaître. La première partie de saison est satisfaisante mais à nous de faire en sorte qu’il y ait plus de buts. L’état d’esprit est franchement extraordinaire, l’ensemble du staff prend énormément de plaisir au quotidien avec les jeunes : ils sont à l’écoute, humainement ce sont des bons mecs, ils partagent beaucoup de choses et il y a un vrai plaisir d’être ensemble. Ils avancent chacun à leur rythme, dans leurs domaines mais on n’a pas besoin de les pousser pour qu’ils se mettent au travail, ce sont des bosseurs et ça c’est agréable. »

Le groupe

« C’est un groupe où il y a pas mal de mouvements. Pour les matchs, mon groupe dépend de plusieurs paramètres : les blessures, les choix du groupe pro et parfois on fait monter des U19. Pour l’instant, Nathanaël Mbuku a intégré le groupe pro 2 en novembre, trois U19 ont pris part à des matchs et cinq s’entraînent au quotidien avec nous. Les pros apportent de l’expérience, rien que sur les derniers matchs on a vu Thomas Fontaine ou Romain Métanire, pour ne citer qu’eux, apporter de la sérénité, de la confiance. Ils encadrent bien les jeunes et prennent du plaisir. On a également Boulaye Dia qui s’entraîne avec le groupe pro. C’est un vrai exemple de réussite, tout le monde est content pour lui. C’est aussi vecteur de motivation pour tous les jeunes qui voient que les passerelles existent mais ce n’est que le début, le travail continue. »

Un match référence ?

« C’est plus de manière globale que je suis satisfait du groupe. En revanche il y a un match qui m’a déçu, à Feignies Aulnoye. Au-delà du résultat, dans le contenu je n’ai pas reconnu mes joueurs. L’adversaire a surement fait ce qu’il fallait pour nous mettre en difficulté mais on n’était vraiment pas dans un bon jour. Je n’ai pas vu ce qui nous caractérisait, le jeu collectif à une ou deux touches, le bloc équipe cohérent, notre dynamisme… Après, comme je l’ai dit, c’est le seul match qui m’a déçu. »

Stade de Reims : 6ème du groupe D, 7 victoires, 2 nuls et 6 défaites. Différence de buts de +3.